La vente privée Des Petits Hauts par Arlettie (Paris, mars 2017)

Les ventes privées et moi, ce n'est pas une folle histoire d'amour. Plus fréquentes, moins exclusives, remplies de fausses réducti...



Les ventes privées et moi, ce n'est pas une folle histoire d'amour. Plus fréquentes, moins exclusives, remplies de fausses réductions et d'articles de moindre qualité... Leur réputation est moins sulfureuse qu'il y a quelques années.


Paradoxalement, elles semblent aussi avoir gagné en popularité : omniprésentes dans les newsletters et sur les réseaux sociaux, elles envahissent la toile. Oui, le caractère "exclusif" et limité suscite la curiosité, la convoitise et l'achat impulsif. Ah, Lord Marketing van Communication, lorsque tu nous tiens.


Étant moins passionnée qu'avant par la mode, et avançant tout doucement vers un mode de consommation plus responsable, j'ai naturellement cessé de m'accorder des instants shopping à l'improviste. Puis il y a une semaine, Des Petits Hauts invitait ses abonné(e)s Facebook à venir shopper sa collection automne/hiver au cours d'une vente privée en partenariat avec Arlettie...


Pas la peine de m'inventer des excuses. Des Petits Hauts à petits prix ? Portefeuille grognon ou non (beaucoup de nons), j'ai dit oui. En quelques clics, me voilà inscrite sur le site d'Arlettie, une invitation pour le mini-marathon de 4 jours dans ma boîte mail et le sourire aux lèvres.

Du coup, la vente a démarré hier dans le showroom du Marais d'Arlettie, pour le plus grand bonheur des Parisien(ne)s. Ayant fait partie des "privilégié(e)s" à s'y être rendu(e)s le premier jour, je vous en parle ici ? ♡
Ce billet n'est pas sponsorisé. Voilà, c'est dit.
J'ai eu un coup de cœur pour la marque Des Petits Hauts en décembre dernier. Des Petits Hauts, c'est l'histoire de Katia et Vanessa Sanchez, deux sœurs qui travaillaient dans le prêt-à-porter lorsque l'idée leur est venue de lancer leur propre griffe. Les ingrédients : des jolies coupes, des matériaux légers, des imprimés pétillants... Bref, Des Petits Hauts (n'a rien à envier aux plus grands, ha !). Et de qualité : les créatrices travaillent avec les mêmes usines afin d'assurer une qualité constante, et les pulls sont essentiellement fabriqués en Europe. En chiffres, cela donne une création en 1999 et 56 implantations dans toute la France. Pour en savoir plus, c'est par ici.


Des Petits Hauts a le don de s'installer là où il ne faut pas. Je veux dire, comment fermer les yeux sur les jolis tons pastels de leurs vitrines, les motifs ananas brillants, les mohairs fluffys et les mailles rose poudré lorsque leurs boutiques sont placées en des lieux "stratégiques" : en poisson dans l'eau parmi les petits créateurs de la Rue Keller, au pied de la Butte Montmartre, sur mon chemin pour aller à MORA aux Halles... Je vous l'assure, Des Petits Hauts est partout à Paris !

Cette vente privée est pour moi l'occasion de découvrir un univers dont je me suis privée : la gamme de prix étant relativement élevée, je n'ai jamais mis les pieds dans une boutique DPH ! Comptez au moins 50€ pour une tee-shirt, 60€ pour une jupe et 110€ pour une blouse. La collection actuelle par ici.

Pour me préparer à la vente, j'ai fait des recherches sur l'organisatrice de la vente, Arlettie. Il faut savoir que l'entreprise possède deux showrooms Parisiens : un au Trocadéro, et un à Bastille (Marais). Elle collabore avec des marques milieu/haut de gamme, comme Claudie Pierlot, Fendi ou Givenchy (pour n'en citer que quelques-uns). Que retenir d'Arlettie ? Les avis sont généralement mitigés : on fait des bonnes affaires si l'on a la force de braver foule, mauvaise organisation, personnel désagréable et articles inintéressants ou de piètre qualité (prototypes, défectueux...).

Aperçu des ventes à venir. Pour voir le calendrier complet, cliquez sur l'image !

De l'autre côté, sur un forum, une personne qui s'est rendue à une vente Arlettie x DPH racontait son étonnement de voir que tous les articles de la collection précédente étaient présents en grande quantité, dans toutes les tailles et à prix doux. Vaste arnaque ? Si c'en est une, j'ai décidé de me prendre au jeu !

LA VENTE PRIVÉE
Arrivée au showroom vers 14h, je n'ai pas eu à faire la queue (puisqu'il n'y en avait pas - un premier point positif). Un vigile me demande mon invitation et ma pièce d'identité, avant de me laisser entrer sans contrôler mon sac. Une fois à l'intérieur, une hôtesse me prend en charge : elle scanne mon invitation, m'explique le fonctionnement de la carte adhérent Arlettie, puis me souhaite une bonne visite. En avant !


Ni consigne, ni vestiaires : chacun fait ce qu'il peut avec ce qu'il a ! C'est donc les mains chargées avec mon sac et mon manteau, et les yeux remplis de petites étincelles que j'ai déambulé entre les portants et les étalages. Vous comprendrez qu'il était difficile de prendre des photos dans ces conditions, alors j'ai lâché l'affaire... Vous m'en excuserez (rires)

La visite commence avec les manteaux et vestes. Cela faisait depuis quelques années que je cherchais le manteau bleu ciel ultime, alors j'ai tout de suite repéré Prudence : un magnifique manteau en fausse fourrure disponible en blush et en glacier. Je l'avais déjà vu sur internet, sans parvenir à identifier d'où il venait... c'était désormais chose faite !

Les prix étant fixés selon les catégories d'articles (pour vous donner un aperçu : tee-shirt 39€ • sweat 49€ • blouse 75€ • pull 75€ • gilet 85€ • manteau 149€, et il existait des offres pour deux articles achetés d'une même catégorie), le manteau était proposé à 149€ au lieu de 295€ (soit -50%). Toujours onéreux, mais un tout petit peu plus à ma portée...

SO FLUFFY OMG

C'est d'ailleurs le même que Natacha Birds !


Sur les autres portants de la première salle, on retrouve quelques jupes et pantalons, des robes et tops souvent pailletés (vestiges des fêtes de fin d'année), et vers le fond, des vestes sombres, Au centre, des hauts. Plein de hauts. Et c'est bien ce que DPH fait de mieux (même si l'ensemble de ses pièces sont adorables aaah) ! Marinières, tee-shirts, blouses à volants, motifs, paillettes... Le tout, en légèreté. Les détails sont discrets (des breloques étoiles -emblème de la marque-, des broderies satinées...). Le tissu est doux et semble résistant (surtout celui des marinières), ça donne envie de craquer pour tout plein de choses.

La seconde salle est dédiée aux mailles ET C’EST UN HAVRE DE DOUCEUR. Il suffit de voir pour comprendre ! DPH mise énormément sur le mohair, matériau synthétique réputé pour son aspect aérien et la chaleur qu'il apporte. Tricoté en mailles larges, les hauts hivernaux sont doux, souples et confortables.

Conséquence de l'absence de cabines d'essayages et du fait que la clientèle soit essentiellement féminine : des "essayages sauvages" partout dans les allées, tandis que les vendeurs et hôtesses zigzaguent à toute vitesse entre les sacs, manteaux pour remettre en ordre les articles tombés des rayons. De ce que j'ai vu, ils se sont réellement démenés, et ça, c'est top !

Il y avait un large choix de mailles toutes douces (beaucoup de gris, blanc, bleu, rose, jaune, noir, et même vert sapin)

Après avoir touché à tout plein de choses et essayé un pull, je me suis finalement décidée à prendre mon manteau glacier. Bye bye mon premier salaire, mes étrennes du Nouvel An et le reste de ma bourse étudiante de février ! Je cherchais ce manteau, je l'ai trouvé, et je fais de cet excès mon affaire personnelle Monsieur le Juge.

Même s'il y avait un peu de queue, le passage en caisse a été rapide puisqu'il y avait au moins 3 caisses ouvertes. L'hôtesse scanne mon invitation (me voilà officiellement dans la base de données clients brrr) avant de me faire régler mon achat : carte ou espèces, c'est vous qui voyez !. Et c'est le pas léger (mon compte bancaire aussi) que j'ai quitté le showroom, tandis qu'il commençait progressivement à se remplir d'enfants et de poussettes. L'affluence n'aura pas été pour moi ce jour-là !

LE BILAN

Pour une première expérience avec Arlettie, je suis très satisfaite ! Que ce soit au regarde de l'organisation, des locaux, du service, de l'affluence ou des produits, je n'ai retenu que du positif.

Et c'est peut-être bien ça, qui est si dérangeant à propos d'une vente censée écouler les stocks : pourquoi reste-t-il autant de jolies choses ? Est-ce que les prix de DPH sont gonflés durant toute l'année pour exploser le compteur de ventes (tout en conservant une marge) lorsque viennent les soldes/ventes privées ? Ça expliquerait l'existence d'un stock mis de côté, voire produit spécialement pour les ventes privées. Après, il peut tout simplement s'agir du choix de la marque de proposer à ses clientes fidèles des prix avantageux de temps à autres.

En tout cas, tant que les consommateurs savent ce qu'ils veulent et connaissent leurs limites, ils sauront dire "non". Nul besoin de diaboliser les ventes privées, soyez raisonnables et avec ou sans achats, vous pourrez repartir avec le sourire. ;)

Et je dis merci à Des Petits Hauts et Arlettie. ♡

Arlettie Marais (DPH x Arlettie, votre invitation par ici)
13 Rue Jean Beausire
75004 Paris

Connaissiez-vous Des Petits Hauts, ou vous êtes-vous déjà rendu(e)s à une vente Arlettie ?


Musiques du moment :
Bring Me The Horizon - Throne | Bring Me The Horizon - Drown

You Might Also Like

0 Comments